jeudi, juin 16, 2005

Escale iberique

Le vol de treize heures jusqu'a Madrid s'est passe normalement bien que je n'ai pas reussi a fermer l'oeil. C'est une habitude pour moi de rester eveillee durant un trajet aerien.
Malgre tout, a l'atterrissage a 7h du matin, je me sens en pleine forme, sans doute aidee par la temperature estivale de l'endroit.
Ce temps ensoleille et chaud me pousse a sortir visiter la capitale espagnole puisque mon vol jusqu'a Geneve n'est prevu qu'en fin d'apres-midi.
Au plus chaud de la journee, nous atteignons les 30°. Une benediction pour moi qui sors du froid grisatre de Santiago.
Habillee comme a mon depart d'Amerique du Sud, je fais un peu "cloche" avec mon pantalon gris defrechi et ma queue de cheval ebouriffee face a l'elegance et la fraicheur des Madrilenes. De plus, la chaleur se charge d'accentuer ma fatigue et en debut d'apres-midi mes pieds se trainent lourdement.
Ma visite rapide d'une partie de la capitale a toutefois ete agrementee de beaux et imposants edifices clairs, de jardins ombrages, de terrasses fleuries et calmes, de boutiques de vetements colores et legers.
Le temps passe vite et je dois deja retourner a l'aeroport pour l'embarquement. Avec un leger retard, j'atteins Geneve ensoleille.
Pour ma plus grande joie, je constate que le soleil ne se couche pas avant 20h30! Vive l'ete et vive les voyages!

mardi, juin 14, 2005

Singing in the rain

Pour cause de mauvais temps, les bus pour l'Argentine ne pouvaient pas passer le col enneige des Andes. J'ai pu beneficier d'un sursis hier puisque PH n'a pas pu quitter Santiago.
Aujourd'hui, je suis seule dans cette grande capitale sous un temps qui ressemble a celui de Geneve en novembre. Il pleut, il fait froid et, ce n'est pas vrai, je ne chante pas (cf singing in the rain)!
J'ai du changer de chambre puisque je suis seule a l'occuper et celle-ci ressemble plutot a une cellule de prison. Neuf m2, des barreaux aux fenetres, vue sur des toles rouillees et un lit grincant.
L'avantage d'une chambre repoussante et d'une journee pourrie est que j'ai pu sans remord passer mon temps dans un cafe. Compte-rendu :
..Le Chili a perdu un match de foot contre l'Espagne au moins 3 a 0. Deception generale des telespectateurs locaux.
..Tremblement de terre dans la region du Grand Nord. 7,9 sur l'echelle de Richter. Une dizaine de morts, beaucoup de degats materiel et une grosse histerie de la part des habitants de la region. Le sud du Perou et la Bolivie ont egalement ressenti les secousses. Mais pas moi depuis Santiago.
..Aujourd'hui, offre speciale pour faire vendre les glaces : le coulis de chocolate chaud est gratuit!
..Michael Jackson innocenté dans le jugement pour ses atouchements sur mineur. Comme il a de gros soucis de d'argent, il prevoit une tournee en 2006 en Europe pour renflouer les caisses. A votre bon coeur, M'sieurs Dames.
..Lula da Silva, president bresilien, baisse en popularite, accuse d'un manque de transparence sur les suspicions de corruption au sein de son parti. Il confirme que la lutte contre la corruption continue d'etre sa preoccupation principale.
..Seulement 25% des Italiens se sont rendus aux urnes concernant une proposition d'assouplir la loi sur les grossesses in-vitro. Les 50% de participations necessaires pour valider le vote n'ont pas ete atteints ce qui constitue une grande victoire a l'Eglise qui avait demande aux Italiens de s'abstenir de voter. Selon elle, la vie ne doit pas etre soumise a un vote.
..Les services secrets britanniques savent que le chauffeur qui conduisait Lady Di lors de l'accident mortel en 1997 avait recu quelques semaines auparavant des millions de US dollars. Les enqueteurs savent que l'argent venait du Royaume Uni mais tentent de determiner sa provenance exacte.
..Je prends l'avion demain pour arriver jeudi. J'espere qu'il fait beau et chaud a Ginebra!

dimanche, juin 12, 2005

Santiago

Nous profitons de notre sans-doute dernier jour ensemble (puisque PH doit repartir sur Buenos Aires) pour visiter la capitale du Chili. Santiago est installee au fond d'une cuvette entouree des Andes. Cette position a le desavantage de garder toute la pollution et la brume a hauteur de la ville. Ainsi, meme depuis le Cerro San Cristobal, la colline au centre de la ville, il est difficile d'avoir un bel apercu de la capitale.
De plus, faut-il le rappeler, toute l'Amerique du Sud approche de l'hiver. Ainsi, il est normal que le ciel soit gris, qu'il bruine et qu'il fasse froid. L'ete de l'Europe est encore bien loin...
Malgre tout, nous prenons notre courage a deux mains pour aller visiter. Quelques quartiers agreables qu'on imagine animes en semaine. Mais aujourd'hui c'est dimanche et les rues sont desertes. Les gens sont certainement bien au chaud chez eux a visionner un film. C'est en tout cas ce que je ferai un jour pareil!
La nuit tombe vite, il est 17h30. Mais cela ne derange pas tellement puisque nous avons vu le principal de Santiago.

samedi, juin 11, 2005

Rapa Nui, l'île mystérieuse

Cinq jours passes sur l'île de Pâques correspondent à un oubli total de repères. Désolée de ne pas être solidaire Laure, mais cette pierre volcanique appartenant au Chili, à 3800 km du continent, est une halte parfaite pour conclure un voyage.
On éproue un sentiment spécial à l'idée de se trouver sur la terre la plus isolée du monde. L'île de Pitcairn est sa plus proche voisine et se trouve à 2000 km de nord-ouest. De plus, la sensation d'exotisme est accentuée lorsque l'on sait que nous nous trouvons à la pointe est du triangle formant la Polynésie.
L'île de Pâques, ou Rapa Nui, malgré sa situation particulière, n'est pas pour autant un endroit hostile. Elle possède une taille raisonnable qui permet de la parcourir assez rapidement sans pour autant s'y ennuyer dès le deuxième jour.
Comme l'île entre dans l'hiver, les averses quotidiennes rendent les champs verts, avec quelques tons orangés. On se croirait un peu en Ecosse avec les collines et la mer en image de fond. Sauf qu'ici les chevaux et les vaches remplacent les moutons. Et les vagues qui viennent se fracasser contre les falaises sont immenses et fortes. Sauf aussi que le vent omniprésent souffle un air chaud et que les températures très agréables permettent le port des manches-courtes.
La plus grande attraction de Rapa Nui est sans aucun doute le mystère qui l'entoure : les Moais, ces statues de plusieurs tonnes érigées par les habitants en l'honneur des personnalités de l'île. Le transport des statues, la technique pour les placer sur les plate-formes, l'abandon précipité de ce culte et la destruction des statues restent encore incompris des archéologues. Il a été retrouvé des pétroglyphes gravés sur plaquettes mais leur déchiffrage n'est pas encore élucidé.
Après le déclin de l'ère des Moais, s'ensuivit le culte de l'homme-oiseau, titre accordé au courageux qui saurait plonger du haut d'une falaise dans les hauts tumultueuses du Pacifique, nager jusqu'à un îlot pour y récupérer le premier oeuf d'un oiseau de mer puis le rapporter intact au roi en échappant aux requins. Le vainqueur de cette compétition était alors honoré comme un demi-dieu mais sa récompense était plutôt particulière : il devait rester cacher dans une grotte pendant un an, sans voir personne!
L'arrivée des premiers habitants sur l'île vers l'an 600 est également soumise à plusieurs théories contradictoires. L'une d'elle serait que le roi d'une tribu polynésienne aurait fait un rêve dans lequel il voyait une terre déserte. Il envoya alors sept hommes à sa recherche et lorsqu'ils rentrèrent victorieux, la tribu partit s'y installer. Elle traversa des milliers de kilomètres en "pyrogues-catamarans" avec poulets et plantes pour survivre sur leur nouveau lieu de résidence.
Aujourd'hui l'île conserve tout son mystère quant à son origine et ses coutumes ancestrales mais ses habitants s'y sentent bien enracinés et fiers de leur territoire. Ils savent accueillir les étrangers avec une grande hospitalité mais, ne nous y trompons pas, ils gardent jalousement leur terre et traditions.

samedi, juin 04, 2005

Un peu de repos

Nous partons en vacances 5 jours sur l'ile de Paques, a quelques 4000 km du continent. Il est fort probable que je ne donne pas de nouvelles pendant toute la semaine. Portez-vous bien!

vendredi, juin 03, 2005

Valparaiso, pleine de couleurs

Nous arrivons a Valparaiso de tres bonne heure ce qui nous permet de faire connaissance avec ce port de 300 000 habitants d'une maniere different. Le soleil est a peine leve et nous cherchons en vain un cafe pour nous redonner de l'energie apres la courte nuit passee dans le bus.
Nous attendons patiemment devant le patio d'une charmante eglise une heure decente avant d'aller sonner aux portes des hospedajes.
La ville se met en mouvement : les voitures affluent a la recherche d'une place de stationnement, les etudiants se rendent a leur ecole dans leurs costumes impecables. La couleur terne de leurs uniformes contraste fortement avec celles, vives et gaies, des maisons du haut de Valpo.
Apres avoir trouve notre logement, nous partons a l'aventure dans les ruelles sinueuses et pentues des collines qui forment le bourg. On dirait que les maisons s'entassent les unes sur les autres, sans structure. Les maisons delabrees ont pour voisine une habitation recemment repeinte. Les couleurs de cette ville attirent l'oeil, on sent la vie ici.
Les maisons dominent la baie ou s'entassent cargos et bateaux de pecheurs. Pres d'un marche, ceux-ci vendent leurs produits qui sentent bons le frais. Plus loin, une autre ruelle est bordee de petits cafes attirants dans lesquels on se laisse facilement entrainer. Des cerfs-volants virevoltent dans le ciel tandis que des chats se prelassent sur un toit en tole.
Vous l'aurez comris, cette journee encore fut dediee au calme et a la serenite. Cette torpeur me fait commettre des erreurs de denomination dans mon blog mais je sais que Vanessa suis a la trace et complete ou corrige mes messages. Quant a Punta Choro, il fait trop froid pour en profiter pleinement. De plus, le temps nous est malheureusement compte!

jeudi, juin 02, 2005

Soleil et brume

Encore un jour agreable, malgre le temps bas, a la Serena. Un elan d'espoir nous a envahit au reveil en voyant le soleil briller dans le ciel bleu pale.
Pas d'hesitation, nous devons profiter du temps clement pour aller nous ballader au bord de la plage.
Nous longeons l'Avenida del Mar. Cette longue rue est bordee d'un cote par l'ocean et de l'autre par des rangees d'immeubles et de centre de vacances, tous desertes en cette saison. La plage est a nous! Nous devinons le succes de ce bord de mer en ete par la multitude des restaurants fermes.
Cette torpeur ne nous empeche pas de profiter des bons plats de fruits de mer. En milieu d'apres-midi, le ciel est vraiment bas. Nous ne distinguons plus le phare. Tout est recouvert d'une brume humide.
A coup sûr, il te faut savourer des journees aussi tranquilles et reposantes, Laure!